Démystifier l’Intelligence Artificielle et la rendre plus accessible

L’intelligence artificielle est souvent vue comme quelque chose d’obscur, de nombreux articles spéculent sur l’émergence d’une intelligence que l’on ne maitrisera plus.

‘’Dans la vie, rien n’est à craindre, tout est à comprendre.’’ Marie Curie

L’éducation et la pédagogie permettent de mieux comprendre les fondements de l’informatique au sens large, de l’intelligence artificielle en particulier. Elle agit sous contrôle, c’est bien l’homme qui décide de ce que fait et devient l’IA. Faisons le choix de l’IA positive, elle a sa place pour compenser ou gommer les défaillances et les inégalités liées au handicap par exemple. N’attendons pas, adoptons-la. Dans une optique d’ouverture au plus grand nombre, les acteurs majeurs de l’internet ont mis à disposition des développeurs des briques d’IA permettant d’effectuer entre autres, de la reconnaissance vocale, de formes ou d’images, on appelle cela les API Cognitive Services.

Appliqué à la communication et à la compréhension nous vivons alors une expérience unique d’établissement d’un langage nouveau entre une maman et son fils atteint de troubles du spectre autistique (TSA).

Imaginez votre immersion au fin fond d’un pays dont vous ne connaissez pas la langue, dont vous n’interprétez pas les écritures. L’autisme peut parfois s’y apparenter, tout comme les troubles du langage ou de la compréhension. Lorsque qu’une personne n’a pas la parole et que les codes de la communication ne lui sont pas acquis, de nouveaux outils permettent de créer ou de restaurer ce lien.

Ainsi en traduisant instantanément le langage parlé en un langage universel composé d’images, de photos et de pictogrammes, l’échange est instauré. L’amélioration de la compréhension permet de réduire les risques de troubles du comportement. Le bénéfice est immédiat pour l’individu lui-même, mais également pour son entourage.

L’IA doit se mettre au service de l’intelligence humaine. Hélène est atteinte de TSA, elle a la particularité d’écrire des livres, sans savoir ni parler ni écrire. L’expérience que nous vivons autour d’elle est unique, elle est déstabilisante ! Son système de communication passe par l’assemblage lettre par lettre des mots qui deviennent alors des phrases qui ensuite composent des textes d’une richesse syntaxique hors du commun, d’une poésie touchante. La technologie trouve tout son sens, un simple clavier ne suffit pas, mais l’association d’une IHM adaptée, du text mining et des réseaux de neurones artificiels pour un apprentissage basé sur des historiques de conversations passées, sur le contexte temporel et environnemental propose une suggestion personnalisée à l’extrême pour une expérience centrée sur l’utilisateur.

Les champs d’application sont très vastes.

J’ai découvert comment l’intelligence artificielle, associée à l’intelligence collective et à la formidable capacité qu’ont les individus à s’engager pour d’autre, permet d’améliorer le quotidien. L’inclusion est un enjeu sociétal, chacun a sa place. La tâche est gigantesque, il reste de grandes et belles choses à faire. En éduquant les plus jeunes à la programmation, les expériences d’IA positive se multiplieront.

Partagez !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *